Bienvenu sur Alohomora ^^
Nous manquons de filles chez les Serpentard chez qui
il ne reste pour les inventés deux places pour les garçons et les filles de 6éme année et
une place pour les garçons de 7éme année.
Les dons de Fourchelang (et donc descendants de Serpentard)
hormis les pv ne sont plus acceptés pour le moment.

Partagez | 
 

 (Flashback) Saveur de liberté † Eden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
MEMBRE ϟ 7éme année
MEMBRE ϟ 7éme année

Voir le profil de l'utilisateur

ϟ Hiboux : 153
ϟ Gallion : 200
Date d'inscription : 30/10/2016


Carte des Maraudeurs
ϟ Quidditch:
ϟ Baguette magique:
ϟ Métier/année d'étude:



MessageSujet: (Flashback) Saveur de liberté † Eden   Jeu 3 Nov - 18:45


Saveur de liberté
La nuit s'était déjà emparée de Londres lorsque mes pas me menèrent à la façade de ma maison. M'arrêtant sur les dalles du petit chemin menant à ma porte d'entrée, je quittai mes bottes en caoutchouc afin de sentir la fraîcheur de la pierre sous ma voute plantaire. Mes jambes fendant l'air avec lenteur tandis que j'abonnais la pierre pour un sol plus meuble, je sentais l'herbe fraîche caresser ma peau, l'humidité de la terre, collante, fraîche, vivante.

J'attrapais solidement la plante grimpante qui parcourait les murs, puis me hissa avec aisance jusqu'à la fenêtre de ma chambre au premier étage. Je me glissais à l'intérieur en silence, avant de refermer les volets et le double vitrage afin de retrouver la chaleur de mon foyer, plongé dans un éclairage tamisé, photophores étranges formant des ombres mouvantes sur les murs et sur le plafond. Je fermais les yeux, assise sur le matelas minuscule placé au dessus d'un coffre fourre tout encastré dans le renfoncement de la fenêtre, puis laissa mon corps se balancer lentement, tandis qu'une odeur d'encens s'ancrait dans mes narines. Je soufflais avant d'ouvrir les yeux, puis attrapa un livre avant d'appuyer mes pieds sur le mur. Dans ce livre, il n'était pas question d'amour, mais plutôt d'un questionnement existentiel. Mes joues se remplirent d'air alors que je tentais de comprendre le sens des mots qui se déversaient en mon esprit telle une cascade insensée. Et c'est à ce moment là que mon père entra dans ma chambre avec fracas. "T'es sortie ?" J'inspirai de manière sonore, puis tourna la page de mon livre sans conviction. "Non." Il observa longuement ma chambre avec attention, puis tapota ma baguette magique du bout de l'index. "T'as laissé traîner ta baguette tout l'été Alaska." Je levai enfin les yeux vers lui. "Et donc ?" Il souffla. "T'es une sorcière, pas une vulgaire moldue." Je laissai un sourire s'esquisser sur mon visage avec pudeur. "Tu m'en diras tant." Je posai mon livre puis me redressa avant de laisser mon corps onduler jusqu'à ma figure paternelle. Relation stérile, nous nous regardions droit dans les yeux, avec une froideur qui frôlait l'amertume et le dégoût. "Tu veux quoi ? Me donner une leçon ?" Mais il ne me répondit que par un signe de tête négatif, avant de redescendre au rez-de-chaussée. Nous n'étions pas dotés du don de la discussion, aussi, comprenais-je qu'il était venu afin de me prévenir du dîner. Je glissais mes pieds dans des chaussons rembourrés, puis ferma la porte de ma chambre derrière moi avant de toquer à celle de mon cousin. "On dîne."

Le dîner fut des plus amer. La discussion étant portée sur la sorcellerie et le diplôme de fin d'études. Elle dégénéra un instant sur la famille Malefoy, notamment sur Tiberius, qui revenait sur le tapis de manière systématique, autant pendant nos entrevues que dans nos lettres lorsque j'étais à Poudlard. Il était question d'organisation de noces, comme si j'étais en accord avec l'idée de m'unir à un éternel inconnu qui ne me donnait que l'envie de m'égorger. Assise négligemment sur mon siège, je plantais mon couteau dans la viande juteuse qui trônait au centre de mon assiette presque pleine. "Avec ta mine renfrognée, tu ne risque pas de faire le bonheur de ton futur époux !" Je plantais définitivement la lame dans la chair. "Une truie ferait plus son bonheur que mon royal postérieur." Sur ce, je me levai afin de regagner mon antre.

Retrouvant mon cocon, je me sentais alors plus à même de réfléchir, de me calmer, de redevenir la jeune fille que j'étais en dehors de cette vie chez les Bayne. Je respirai un instant, histoire de me donner du courage, puis commença à plier mes bagages. Il était temps que je me prépare au grand départ. Londres s'était endormi durant ce temps, sans que je ne m'en aperçoive, sans que le marchand de sommeil ne vienne me quérir. Et c'est aux alentours de minuit, lorsque la maison Bayne semblait morte, que je me faufilais dans la chambre de mon cousin afin de me glisser dans ses draps. "J'ai pas envie de revenir l'été prochain."

© CN.JUNE, NEVER UTOPIA

_________________
Alaska
I don't care, I love it. I don't care. You're on a different road, I'm in the Milky Way. You want me down on earth, but I am up in space. You're so damn hard to please, we gotta kill this switch. You're from the 70's, but I'm a 90's bitch
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE ϟ 7éme année
MEMBRE ϟ 7éme année

Voir le profil de l'utilisateur

ϟ Hiboux : 216
ϟ Gallion : 374
Date d'inscription : 08/10/2016
Age : 17


Carte des Maraudeurs
ϟ Quidditch: Attrapeur
ϟ Baguette magique: Ma baguette est faite de bois de noyer noir et contiens une épine de monstre du Fleuve Blanc. Elle mesure 31.5 cm et est rigide. Elle produit des sortilèges au visuel impressionant et élégant..
ϟ Métier/année d'étude: 7eme



MessageSujet: Re: (Flashback) Saveur de liberté † Eden   Dim 6 Nov - 1:17

Eden J. Nott a écrit:
détails

Saveur de Liberté
ft. Alaska & Eden
Ʃkaemp はは ™

Il ne devait pas être loin de 19h lorsque je finis par sortir la tête de mon livre de sortilège. Dans la pièce à côté, qui était la chambre de ma cousine, j'entendis la voix de mon oncle. Il ne parlait pas assez fort pour que j'entende clairement ce qu'il disait, mais je n'en avais pas besoin pour savoir le sujet de la discutions. Un peu plus tôt dans la journée, j'avais entendu mon oncle et ma tante se disputer sur le même sujet. Mais contrairement au dispute habituelle, celle-là ne semblait pas en être vraiment une. Je n'entendis pas mon oncle crier sur ma cousine, il semblait donc que le sujet de la dispute ne devait pas être véritablement important.

J'entendis les bruits de pas de mon oncle redescendre l'escalier, et quelques instants après, ceux de ma cousine qui s'approchait de ma porte. Elle n'entra pas dans la pièce, mais sa voix résonna dans le couloir pour me prévenir que le diné était servi. J'attendis quelque instant avant de refermer mon livre de sortilège dans un bruit sourd. Je le déposais sur la banquette qui était incrustée dans la tablette de fenêtre, avant de prendre ma baguette et de la ranger sous mon oreiller et d'ensuite prendre la direction de la salle a manger. D'un pas léger, je descendis les escaliers pour arriver dans la salle à manger. Je posais mon regard sur mon oncle, ensuite sur ma cousine et finalement sur ma tante, avant de venir m'asseoir à table sans dire un mot. L'ambiance était déjà assez lourde et très vite, le sujet de conversation se porta sur les fiançailles de ma cousine avec Tiberius. Je roulais alors des yeux, à croire que passer un repas sans se porter sur ce sujet était impossible. Ma cousine quitta prématurément la table, laissant un blanc s'installer. Je ne m'empressai pas de finir mon assiette histoire de rendre l'atmosphère pesante et mettre mon oncle mal à l'aise. Il n'avait jamais osé se disputer avec ma tante quand j'étais là, pour une raison que j'ignore, mais, à chaque fois que j'étais présent dans la même pièce qu'eux et qu'il voulait se disputer, je sentais l'ambiance devenir tendue et le fait que je reste de marbre n'aidait en aucun cas. Finalement, j'eus enfin fini de manger, et d'un geste impérial et froid, je reculais ma chaise de la table et, toujours sans dire un mot, je regagnais ma chambre.

Étrangement, mon oncle et ma tante ne se disputèrent pas une fois que je fus hors de leur portée, à moins qu'il ne l'ait fait en chuchotant ce qui semblait peu probable venant d'eux. Je m'allongeais dans mon lit, reprenant mon livre de sortilège là ou je l'avais laissé avant d'aller manger. Le sortilège que j'étudiais était des plus passionnant, j'avais récupéré le grimoire dans la bibliothèque de mes parents au manoir Nott lors de ma dernière escapade. Certes, il ne traitait pas de sortilèges pouvant faire sortir un bouquet de fleurs de sa baguette, mais de sortilège offensif. En l'occurrence, comment faire en sorte que sa baguette se transforme en fouet. Cela pouvait être fort intéressant a connaitre comme sortilège et qui sait, peut-être qu'un jour, je le sortirais lors d'un duel au club. Je finis par m'endormir laissant mon ouvrage me tomber sur le visage.

C'est alors que la voix d'Alaska me tira de mon sommeil. Elle était entré si discrètement dans ma chambre que je ne l'avais pas entendue et, même lorsqu'elle s'était glissée dans mon lit, je n'avais rien entendu. Elle me dit alors qu'elle ne voulait pas revenir l'été prochain et d'une voix ensommeillée, je lui répondis.


Et tu comptes aller où ? Chez les Malefoy ? Je doute que Tibérius en soit enchanté...

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE ϟ 7éme année
MEMBRE ϟ 7éme année

Voir le profil de l'utilisateur

ϟ Hiboux : 153
ϟ Gallion : 200
Date d'inscription : 30/10/2016


Carte des Maraudeurs
ϟ Quidditch:
ϟ Baguette magique:
ϟ Métier/année d'étude:



MessageSujet: Re: (Flashback) Saveur de liberté † Eden   Dim 6 Nov - 1:51

#EdenSaveur de liberté
D'un geste tendre, j'enlevai le livre du visage de mon cousin pour le poser avec délicatesse sur sa table de chevet en bois vernis. Je soufflais longuement, puis l'écouta parler d'une voix presque inaudible, encore à demi dans le sommeil. Il n'avait pas compris, et à cet instant, je pensais ne pas avoir compris moi-même le fond de ma pensée. Je soufflais de nouveau, me tournant sur le dos dans l'immense lit qu'occupait seul mon cousin. Je me pinçais la lèvre inférieure. "Non. Je veux pas aller chez les Malefoy justement." Je me redressais dans le lit et m'adossa contre le sommier froid. Justement... Les Malefoy, c'était ça que je voulais éviter. L'année de mes dix sept ans sonnaient la fin de ma prétendue liberté. A mon retour de Poudlard, fraîchement diplômée, j'en viendrais à subir les derniers préparatifs de noces dont j'étais l'une des deux principaux protagonistes, et pourtant, je n'aurais été qu'un pion dans ce jeu d'échec improbable. A mon retour à Londres, je troquerais un uniforme pour un autre, résignée à épouser un individu que je ne pouvais simplement pas me voir, et dans les années à venir, serais obligée de porter son enfant pour le bien de la lignée.

Dans un haut le coeur, je ne pus m'empêcher de m'étrangler à moitié, puis me calma peu à peu, respirant lentement, mais surement. Il était hors de question que je remette les pieds ici de toute façon. "Eden, c'est l'année de nos dix sept ans..." Si cela ne le faisait pas réagir, alors je ne savais plus quoi dire. Je me rallongeai dans le lit à ses côtés, puis me blotti contre lui lentement. Mon corps frêle et froid, fut instantanément réchauffé par le corps de mon cousin. "Dis... est-ce que tu vas te remettre avec Rémus ?" Je commençai à comprendre les sentiments que les gens appelaient amour, j'en avais assez vu pour savoir... En observant ma mère, qui malgré tout, continuait à supporter mon père, en observant Rémus, qui en dépit de tout, voulait toujours être aux côtés de mon cousin. Moi, qui n'éprouvait rien pour Tiberius, à qui je n'avais jamais souhaité parler, et qui ne pouvais me résoudre à devenir une Malefoy.

Le voile de la nuit s'abattait sur mes cheveux blancs d'une manière étrange, les teintant d'un argenté presque mystique que je n'expliquais pas. De mes doigts, je les touchais avec tendresse, me demandant le pourquoi du comment avais-je pu devenir ce que j'étais, pourquoi avais-je eu le droit à ce destin aussi merdique et sans intérêt. Je soufflais de nouveau. "J'en ai marre des cheveux blancs..." Souvent, on m'avait proposé de les teindre en blond, ma couleur de naissance, cependant, je ne pouvais m'y résoudre, car chaque jour, je me rappelais ce que j'avais dû subir toute ma vie, et à quoi j'avais "survécu", avec quoi j'avais évolué. Mes cheveux blancs reflétant ma douleur et la mort d'une partie de moi qui ne se réveillerait certainement jamais. Je ne souhaitais pas autant de malheur pour mon cousin, et ce Rémus, mon Rémus, c'était lui qui pour moi, était fait pour lui.
© 2981 12289 0

_________________
Alaska
I don't care, I love it. I don't care. You're on a different road, I'm in the Milky Way. You want me down on earth, but I am up in space. You're so damn hard to please, we gotta kill this switch. You're from the 70's, but I'm a 90's bitch
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE ϟ 7éme année
MEMBRE ϟ 7éme année

Voir le profil de l'utilisateur

ϟ Hiboux : 216
ϟ Gallion : 374
Date d'inscription : 08/10/2016
Age : 17


Carte des Maraudeurs
ϟ Quidditch: Attrapeur
ϟ Baguette magique: Ma baguette est faite de bois de noyer noir et contiens une épine de monstre du Fleuve Blanc. Elle mesure 31.5 cm et est rigide. Elle produit des sortilèges au visuel impressionant et élégant..
ϟ Métier/année d'étude: 7eme



MessageSujet: Re: (Flashback) Saveur de liberté † Eden   Mer 9 Nov - 13:19

détails

Saveur de Liberté
ft. Alaska & Eden
Ʃkaemp はは ™

Mon corps tout entier frissonna lorsque ma cousine vint se blottir contre moi. Elle avait beau être vivante, la froideur de son corps me surprenait toujours. J'écoutais ce qu'elle me dit, sans véritablement comprendre le sens de sa phrase. J'étais encore endormi et incapable de tenir une conversation sensée, dans cet état, même si la conversation était des plus importante. J'entendis alors Alaska parlé de l'année de nos 17 ans. Je ne savais que trop bien ce que cela voulait dire et c'est ce qui me tira immédiatement de mon état léthargique. Je me tournais vers Alaska, posant mon regard froid sur elle pendant quelques instants. J'inspirais alors fortement.

Je sais Alaska ...

Je n'avais pas vraiment mon mot à dire en vérité, elle avait été promise à Tibérius avant même que je n'arrive dans cette maison, et même si mon oncle et ma tante m'appréciait, du moins, je le pense, je n'étais pas en mesure de discuter leurs choix. Aussi, si je voulais éviter cela, je devrais agir sans leurs en parler... Mais que pouvais-je bien faire ? M'enfuir avec elle ? C'était peut-être une solution. Je me redressais dans mon lit et, immédiatement la morsure du froid se fit ressentir sur ma peau, la chaleur des couvertures m'aillant garder à l'abri du froid. Je m'empressais de redescendre sous les draps et une fois de plus je plongeais mon regard dans celui de ma cousine.

Il n'y a plus personne dans le manoir Nott Alaska... Et il me revient de droit depuis que... Mes parents sont à Azkaban... On pourrait partir vivre là-bas ?

Une fois de plus j'inspirais profondément. Mon idée n'était peut-être pas la meilleure du monde, mais au moins s'en était une. Je souris alors tendrement à ma cousine et, passait mes bras au tour d'elle pour la réconforter. La relation que nous entretenions elle et moi était particulière. Certes nous étions cousin, mais cela allait bien au delà. Pour ceux qui nous voyaient pour la première fois nous aurions pu ressembler à un couple, pour d'autres nous avons plus l'air de frère et sœur. Mais en réalité Alaska est ma moitié, elle fait partie de moi. Nous, arrivons à nous comprendre sans avoir besoin de parler, un simple regard suffit. Et lorsqu'Alaska ne vas pas bien, je le sais tout de suite, elle n'a pas besoin de me le dire. Comme je n'ai pas besoin de le lui dire.  Nous n'avons jamais eu de sujet tabou entre nous, mais malgré cela, par respect l'un pour l'autre il y avait des sujets qu'on évitait d'aborder. Moi j'évitais le sujet Tiberius, sauf quand cela était impossible à éviter et, Alaska évitait le sujet de mes histoires de coeur. Pourtant, ce soir, pour une raison que j'ignore elle aborda le sujet Rémus. C'était une blessure encore récente, car il n'y avait pas longtemps que nous avions rompus et comme à chaque fois que je devais en parler, je commençais par me braquer.

Pourquoi tu  pose cette question ... Tu connais très bien la réponse. Même si je le voulais, ça ne se fera pas... Je te rappelle que c'est lui qui a décidé de rompre! Pas moi, ne me fais pas me sentir coupable pour quelque chose que je n'ai pas fait, tu sais très bien que je déteste ça !

Une fois de plus je me redressais dans mon lit, m'appuyant sur le dossier de mon lit et croisant les bras, bravant cette fois avec plus de courage le froid ambiant de la pièce. Puis, je finis par soupirer. Alaska et Rémus avaient un point commun tous les deux, ils étaient capables de changer de sujet en une fraction de seconde, chose qui me laissait toujours perplexe. Je fronçais alors les sourcil, puis adoucis mon visage lorsqu'elle me dit qu'elle n'en pouvait plus de ses cheveux blancs. Une fois de plus je la prenais dans mes bras pour la réconforter.

On trouvera un moyen de te faire oublier cela Alaska... Je te le promets.

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas


- Contenu sponsorisé -







MessageSujet: Re: (Flashback) Saveur de liberté † Eden   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Flashback) Saveur de liberté † Eden
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» les chemins de la liberté
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alohomora :: Autres lieux :: Londres-